Majoritairement inquiets face au contexte économique, les artisans restent optimistes pour l’avenir : la tendance est à la préservation et à la sécurisation de leur activité

A l’occasion de la conférence de presse de rentrée, Joël Fourny, président de CMA France, et Julien Gondard, directeur général de CMA France, ont présenté les résultats de la dernière étude QUALITEST. 73 % des artisans interrogés* prévoient que leur activité devrait se stabiliser ou s’améliorer pour les 6 prochains mois malgré une dégradation généralisée de la situation économique. La tendance est à la préservation et la sécurisation de leur activité. Les conséquences de la situation géopolitique en Ukraine et l’inflation impactent directement l’état d’esprit et les priorités des chefs d’entreprise artisanale.

Malgré le contexte, les artisans sont combatifs et veulent poursuivre leur activité

En cette rentrée, les artisans se concentrent sur leur activité pour pérenniser l’entreprise et faire face aux principales difficultés rencontrées : la hausse du prix du carburant (pour 28,5 % d’entre eux), la reprise de l’inflation (18,8 %) ou encore la difficulté d’approvisionnement de matières premières (12,8 %).

Toutefois, sur les 6 derniers mois, 23,6 % des artisans ont modifié ou développé la façon de gérer leur entreprise. Ceux qui ont fait évoluer leur activité ont investi dans de nombreux domaines, notamment dans la transition écologique. Ils ont également été plus d’un quart à continuer à se former pendant la crise, principalement dans les secteurs des services et de la fabrication.

« Les crises s’enchaînent mais l’artisanat est un secteur qui sait s’adapter aux mutations et prendre les mesures efficaces pour préserver l’activité. Quel que soit le contexte qui bouscule leur quotidien, les artisans sont agiles. S’ils restent confiants pour l’avenir, il faut maintenir cet état d’esprit. Le réseau des CMA est mobilisé pour les soutenir et les accompagner » rappelle Joël Fourny, président de CMA France.

L’artisanat, qui représente 1,83 million d’entreprises (dont 80 000 entreprises supplémentaires au premier semestre 2022), 3,1 millions d’actifs et 12 % du PIB français, reste un secteur en tension, notamment au niveau du recrutement. Le manque de main-d’œuvre reste toujours présent et devient critique. En effet, un quart des entreprises se dit prêt à recruter, l’équivalent de 500 000 emplois.

Dans ce contexte, le rôle des CMA est plus que jamais d’accompagner les artisans dans tous les territoires pour les aider à piloter leur activité et être un soutien de poids dans la gestion de leur entreprise.

Les défis de la rentrée : stabiliser, sécuriser, former

54,1 % des artisans prévoient une stabilisation de leur activité, contre 47,5 % en 2021 : celle-ci s’explique par une volonté de prudence des artisans. Rester stable dans une conjoncture fluctuante et dégradée, c’est le mot d’ordre de cette rentrée pour les artisans.

Le besoin de formation est un autre enjeu majeur de cette rentrée pour les chefs d’entreprise. 1/3 d’entre eux dit avoir des besoins de formation en 2022, principalement dans le numérique, la gestion de l’entreprise, la compréhension des réglementations mais surtout dans la pratique de leur métier pour sécuriser au mieux leur activité.

« Nous sommes véritablement sur une tendance de fond. Les chefs d’entreprise artisanale ont compris que pour faire évoluer leur entreprise, il fallait s’adapter en se formant régulièrement. C’est le rôle des CMA que de les accompagner et d’être au plus près de leurs besoins pour passer des caps et appréhender l’avenir. », indique Julien Gondard, directeur général de CMA France.

L’apprentissage ne doit pas être considéré comme un coût mais comme un investissement pour l’avenir

La réforme de la formation professionnelle de 2018 a permis un essor considérable de l’apprentissage. Les CMA y ont pris part avec des résultats importants en dépit des crises sanitaires et économiques. Véritable levier de développement pour notre pays, la formation par apprentissage constitue une garantie contre le chômage, un investissement pour nos territoires et une réponse efficace pour pallier le manque de main-d’œuvre qualifiée pour les entreprises.

« Il faut sortir d’une logique purement budgétaire, pour regarder ce que l’apprentissage produit comme effet positif en matière d’insertion dans l’emploi. Notre pays doit absolument continuer à accompagner fortement la formation par apprentissage. C’est un impératif pour répondre aux besoins de main-d’œuvre qualifiée de nos entreprises artisanales dans un contexte de forte tension pour de nombreux secteurs et métiers. », selon Joël Fourny, président de CMA France.

*Étude Qualitest menée en juillet-août 2022 auprès de 2 000 artisans.

 

Télécharger le communiqué de presse
Télécharger l’étude CMA France / Qualitest juillet-août 2022

Contact presse : Manon Caenen – m.caenen@the-arcane.com / 06 69 90 69 15